Blog de grève

22 mars 2005

Devant la multiplication des moyens de communication et l'ampleur du mouvement de grève et à cause de l'inéfficacité de notre outil (canalblog est resté hors ligne plusieurs jours)  nous renonçons rendre compte de la totalité de l'événement. Nous vous invitons plus tôt à visiter des sites qui le font mieux que nous:

www.greve.qc.ca

www.uqamengreve.info

Posté par etudiantengreve à 21:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 mars 2005


Posté par etudiantengreve à 20:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'UQAM AVEC NOUS

Résolution adoptée par le conseil d'administration de l'uqam

Revendication étudiante relative à la réforme du Programme de prêts et bourses

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D'ADMINISTRATION DE L'UQAM, LE MARDI 8 MARS 2005

ATTENDU le mouvement de revendication étudiant relatif à la réforme du Programme de prêts et bourses;

ATTENDU que la coupure de 103 millions de dollars au programme de bourses a des impacts négatifs sur l'accessibilité aux études universitaires pour des dizaines de milliers d'étudiants sur l'ensemble du territoire;

ATTENDU que près de la moitié des étudiants de l'UQAM sont des étudiants à temps partiel et que plus des deux tiers de tous les étudiants de notre établissement travaillent à temps plein ou à temps partiel pendant le cours de leurs études;

ATTENDU que la réforme du Programme de prêts et bourses laisse entière la question du réinvestissement public massif nécessaire dans les universités afin d'assurer l'accessibilité et la qualité de la formation universitaire, enjeu reconnu conjointement par la CREPUQ et le Ministère de l'Éducation et aussi par le Rapport final unanime de la Commission de l'Éducation sur la qualité, l'accessibilité et le financement des universités;

IL EST RÉSOLU que le Conseil d'administration appuie la revendication étudiante relative à la réforme du régime de prêts et bourses et presse le Ministre de l'Éducation et le Gouvernement d'agir rapidement pour réinvestir dans les universités afin d'assurer les conditions d'une formation universitaire accessible et de qualité

Jacques Desmarais,
Vice-recteur à la Planification et à la vie étudiante et secrétaire général

Le 8 mars 2005

Posté par etudiantengreve à 20:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2005

LA FEUQ AVEC NOUS

Outrée par la déclaration du ministre Fournier, la FEUQ lance aux étudiants universitaires un appel à la grève


Outrée par la déclaration du ministre Fournier, la FEUQ lance aux étudiants universitaires un appel à la grève

MONTREAL, le 8 mars /CNW Telbec/ - Pour la première fois de son histoire, la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) a lancé ce matin à l'ensemble de ses membres un appel à la grève. "Nous demandons aux étudiants de tout mettre en oeuvre pour déclencher la grève dans leurs universités", a affirmé Pier-André Bouchard, président de la FEUQ. Rappelons que la dernière grève universitaire d'ampleur date de 1968.

La FEUQ a décidé de lancer cet appel officiel à la grève suite à la déclaration du ministre de l'Education, Jean-Marc Fournier, affirmant qu'il ne réinjecterait pas au prochain budget les 103 M$ coupés. "Cette déclaration nous met profondément en colère et nous désole pour les 75 000 étudiants les plus pauvres qui voient leur endettement doubler à cause de cette coupure inique", a déclaré Pier-André Bouchard. Depuis près d'un an maintenant, la FEUQ a tout mis en branle pour démontrer au gouvernement l'irresponsabilité de cette coupure : participation aux différentes consultations sur l'éducation, appels aux députés, manifestations, actions de toutes sortes, publicité, etc. Mais surtout, deux sondages commandés par la FEUQ ont démontré que 3 Québécois sur 4 sont contre cette coupure et demandent qu'on réinvestisse 103 M$ au prochain budget "En ignorant le consensus social sur la question des 103 M$, le gouvernement entre dans un cul-de-sac. Les étudiants n'ont maintenant d'autre choix que de faire la grève", a rajouté Pier-André Bouchard.

Dans les deux prochaines semaines, plusieurs associations membres de la FEUQ tiendront des assemblées générales afin de déclencher la grève. Déjà, une association membre de la FEUQ, l'ADEESE-UQAM, est en grève générale illimitée depuis le 24 février dernier. Avec ses 170 000 membres, la FEUQ ajoutera progressivement son poids au mouvement de grève déjà en cours. "Dès la semaine prochaine, c'est environ 45 000 étudiants universitaires qui entreront en grève", ajoute Pier-André Bouchard.

Dans le cadre de ces moyens de pression, la FEUQ et la FECQ organisent, le 16 mars prochain, une grande manifestation à Montréal. "Nous invitons tous les étudiants, qu'ils fassent la grève ou non, à participer en grand nombre à cette manifestation pour démontrer notre mécontentement face au mépris du gouvernement Charest pour les étudiants les plus pauvres", affirme M. Bouchard.

Avec ses 170 000 membres, la FEUQ est la plus important groupe jeunesse du Québec.

Posté par etudiantengreve à 16:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2005

La Fédération des étudiants de Cégeps du Québec en grève.

ARGUMENTS CONTRE LES COUPURES EN AIDE
FINANCIÈRE AUX ÉTUDES

Situation des étudiants et étudiantes bénéficiant de l'aide financière aux études

À prime à bord, il est pertinent de noter que 70 % de la population étudiante collégiale bénéficiaire des prêts et bourses provient des régions. Donc, ces jeunes qui déjà souffrent de l'accessibilité géographique aux études voient leur endettement alourdi considérablement, ce qui n'est pas un incitatif à poursuivre vers l'enseignement supérieur. Or, il est impératif pour le Québec de développer les régions socio économiquement afin d'assurer leur pérennité. Alors que les régions se vident, qu'est-ce qui est fait pour contrer les effets pervers du choc démographique et de l'exode des jeunes? Bien souvent, il n'existe pas d'institution collégiale ou universitaire dans leur ville d'origine. Ces jeunes auront donc à déménager pour étudier, ce qui engendre des coûts supplémentaires. Afin de développer ces régions qui se vident et de freiner la saignée, il faut des jeunes éduqués, qui puissent développer autre chose qu'une industrie primaire. Des gensavec des formations supérieures seront mieux à même de développer les industries secondaires et tertiaires dans ces régions.

57,3% de l'argent que reçoit un étudiant ou une étudiante sert à payer son logement et sa nourriture, on constate donc que ces bénéficiaires survivent avec de tels moyens. Effectivement, la moyenne des étudiants sur l'aide financière aux études vit sous le seuil de pauvreté.
Étude d'où proviennent les statistiques précédentes : Enquête sur les conditions de vie des étudiants de la formation professionnelle, au secondaire, du collégial et de l'université, 2003.


Extrait de l'Argumentaire de la FECQ, par Julie Bouchard, (Présidente), Jonhatant Plamondon (Vice-président) et Laurent Viau (Coordonateur à la recherche).

Posté par etudiantengreve à 12:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 mars 2005

VERS LA CRÉATION D'UN CONSEIL ÉTUDIANT PERMANENT

La Communauté étudiante a largement les moyens d'endiguer le politique conservatrice et étrangement peu libérale du Premier Ministre. Elle doit constituer un bloc soudé, un front uni capable de produire un programme minimum commun cohérent. Toutes les ressources financières, matérielles et intellectuelles doivent donc être coordonnées dans le but de mener une action efficace.

La création rapide d'un Conseil étudiant est dans cette perspective une idée à développer : une structure permanente pourrait constituer le pôle de réflexion et de dialogue inter-étudiant qui manque actuellement et un outil pédagogique de premier plan dans la formation politique des étudiants. Établir une culture du dialogue et de la transparence est une priorité.

Ce Conseil deviendrait à terme un moyen privilégié de concertation entre les mouvements étudiants le composant et le gouvernement. En cas de désaccord, les étudiants utiliseraient ce même Conseil pour développer des moyens de pression et d'action conforme à des stratégies préétablies.

La grève est l'un de ces moyens. Elle permet, dans un lapse de temps limité ou non, de se réunir, de réfléchir, de s'organiser et d'agir. Si la Communauté étudiante développe une culture de l'action coordonnée et de la coopération, de grands projets peuvent voir le jour. D'où l'intérêt d'un Conseil étudiant responsable ayant, par la volonté de ses membres, le pouvoir et les moyens de décider et d'agir, dans le respect de la pluralité des points de vue.

 Ce Conseil, enfin, pourrait être considéré comme un observatoire permanent des politiques gouvernementales en matière d'éducation. La vigilance oblige en effet les étudiants à maintenir une réflexion critique et constructive permanente pour faire face aux défis imposés par l'unilatéralisme du gouvernement Charest.

Stéphane Buffard
VP Académique Asso. Étudiants Cyc. Sup. en science politique.

Posté par etudiantengreve à 12:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La naissance de la communauté étudiante

UNE PLURALITÉ DE POINTS DE VUE

L'accent mis dans certains médias sur les dissensions entre les mouvements étudiants québécois ne doit pas masquer la convergence d'intérêts qui demeure au sein de cette communauté.

Bien qu'il n'existe pas encore d'actions communes coordonnées, les associations manifestent cependant un objectif commun. La grève déclenchée le 23 février comporte donc de nombreuses promesses à exploiter dans le cadre d'une stratégie d'action correctement planifiée.

En fait l'enjeu se situe au-delà de l'argent : il s'agit d'un choix de société. Le Québec a-t-il les moyens d'abandonner ses jeunes et d'hypothéquer l'avenir du pays? Évidemment pas. Et comment définir une société qui abandonne les plus pauvres au nom du rationalisme bureaucratique et de l'orgueil gouvernemental ? Le gouvernement Charest a une dette envers les étudiants et les impératifs de la responsabilité gouvernementale autant que la plus élémentaire compassion l'obligent à agir.

Car les promesses d'endettement du gouvernement constituent une menace à long terme sur la cohésion sociale du Québec et sur son dynamisme : en effet, les étudiants endettés ne créent pas d'entreprises, ne fondent pas de famille, n'achètent pas de maison, consomment moins.

Dans ce contexte, l'abolition rétroactive de la dernière «réingénérie» de l'Aide Financière aux études, et la suppression de la coupure de 103 millions ordonnée par le Premier Ministre, apparaissent plus que nécessaires : l'avenir de dizaines de milliers d'étudiants est en jeu.

Aussi, la communauté étudiante doit-elle rester soudée et déterminée. L'intérêt supérieur de la cause étudiante nécessite donc un engagement intransigeant et de tous les instants, et ce dans le respect de la loi. M. Fournier peut donc dissiper ses inquiétudes : les étudiants veulent seulement étudier et mener une vie descente.

Stéphane Buffard V.P. Académique AECSSP-UQAM

Posté par etudiantengreve à 12:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 février 2005

Manifestation de l'ADEESE-UQAM

Invitation aux médias - Les futurs profs sont en grève et manifestent pour le droit à l'éducation

 MONTREAL, le 28 fév. /CNW Telbec/ - Les membres de l'Association des
étudiants et des étudiantes de la faculté des sciences de l'éducation (ADEESE)
de l'UQAM manifesteront cet après-midi pour réclamer du gouvernement qu'il
remette les 103 M$ qu'il a coupé en bourse aux étudiants les plus démunis. Les
étudiants partiront du Square-Berri pour se rendre jusqu'aux bureaux du
ministère de l'Education. L'ADEESE, qui est une des 19 associations membres de
la FEUQ, est en grève générale illimitée depuis le 24 février dernier.

Catherine Pache-Hébert, présidente de l'ADEESE, sera disponible pour des
entrevues.

Heure : 13h00
Départ : Square-Berri
Arrivée : Ministère de l'Education (600, rue Fullum)


Renseignements: Catherine Bourgault, attachée de presse, Fédération 
étudiante universitaire du Québec (FEUQ), 514-743-9342

Posté par etudiantengreve à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2005

La Coalition de l'ASSE Élargie lance le plan d'action de la grève étudiante


Québec, le 27 février 2005 - Les 30 associations étudiantes présentes au Congrès de la Coalition de l'Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante Élargie (CASSÉÉ), tenu au CEGEP Limoilou cette fin de semaine, ont lancé un ultimatum au gouvernement et adopté un plan d'action commun.

Les 80 délégués venus de plusieurs régions du Québec pour représenter les étudiants et étudiantes en grève ont lancé cet ultimatum au ministre de l'Éducation « Il ne suffit pas de réinvestir les 103 millions de dollars. La réforme de l'aide financière, qui creuse le fossé entre les riches et les pauvres, doit être annulée. Nous sortons de ce congrès uniEs et déterminéEs à obtenir gain de cause », explique le porte-parole de la CASSEE, Xavier Lafrance.

Le Congrès de la CASSÉÉ a mandaté une équipe de négociation pour prendre contact avec le gouvernement et pour représenter les étudiants et étudiantes en grève auprès du ministre Fournier : « Notre équipe de négociation contactera le ministre en début de semaine. Soyons clairs : nous tenons à négocier en notre propre nom, et toute entente devra recevoir l'approbation des assemblées générales des associations étudiantes en grève », explique Xavier Lafrance. Le plan d'action adopté par la CASSÉÉ prévoit la multiplication d'actions créatives et festives dans les prochaines semaines, débutant par une manifestation nationale à Sherbrooke, comté du Premier ministre Jean Charest, le jeudi 3 mars. « Plus de 40 000 étudiants et étudiantes sont actuellement en grève au Québec et vont multiplier les actions jusqu'à ce que le ministre réponde à nos revendications. La grève ne sera pas une période de vacances, ni pour les étudiants et étudiantes, et surtout pas pour le ministre », promet Xavier Lafrance.

Plan d'action de la CASSÉÉ, grève générale illimitée 2005 :

-3 mars : Manifestation nationale, Sherbrooke
-7 mars : Action surprise, Québec
-9 mars : Journée nationale d'actions régionales
-10 mars : Nuit de création culturelle, Montréal
-12 mars : Manifestation nationale, Montréal
-13 mars : Congrès de grève de la CASSÉÉ, Montréal
-14 mars : Journée nationale d'occupation


La CASSÉÉ regroupe au-delà de 40 000 étudiants et étudiantes en grève pour l'abolition de la réforme des prêts et bourses et l'arrêt du processus de décentralisation et d'arrimage au marché du réseau collégial, le tout dans une perspective de gratuité scolaire et d'éradication de l'endettement étudiant. Les porte-parole de la CASSÉÉ sont disponibles pour entrevues téléphoniques.

 Renseignements: Éric Martin : (514) 583-5837; Xavier Lafrance : (514) 480-5312

Posté par etudiantengreve à 16:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2005

Dans la rue!


photo: Louis Munro

Posté par etudiantengreve à 13:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]